Pavel Kuchta (ré.volt): pendant le covid, tout a frémi. Nous en avons brûlé cinq millions cette année seulement.

Même au début de l’année dernière, l’entreprise avait re.volt grands projets. « Dans quelques mois, nous aurons 1350 scooters électriques à Prague », a-t-il déclaré à l’époque dans un podcast pour Lupa.cz Pavel Kuchta, l’un des fondateurs de l’entreprise.

La société a également lancé un programme dans lequel elle proposait aux petits investisseurs d’acheter un scooter électrique (ou un scooter pour 60 000) pour 12 500 couronnes, qu’ils ont ensuite ré.volt inclus dans sa flotte, et les investisseurs devraient recevoir une plus grande part des bénéfices. La société a promis un retour sur investissement annuel de près de 60%.

Mais à la fin du mois de mai de cette année, les investisseurs ont reçu un message: « nous nous sommes battus aussi fort que possible, mais nous ne réussissons tout simplement pas. Nous avons épuisé tous les moyens à notre disposition pour survivre.“

Pavel Kuchta maintenant dans une interview et dans un podcast pour Lupu explique ce qui n’a pas fonctionné.

Dans le communiqué de presse, vous avez déclaré que covid était la principale raison pour laquelle l’entreprise n’a pas réussi à démarrer davantage, et qu’elle vous a arrêté à un moment où vous grandissiez de manière consolante. Les concurrents, principalement lime, mais normalement aussi travaillé pendant la pandémie de coronavirus.

La concurrence est un peu plus grande que nous. Et comme nous avons des investisseurs qui achètent des scooters ou d’autres véhicules, nous sommes une plate-forme peer-to-peer, nous ne cachons donc pas de telles choses. Si cela ne fonctionne pas, nous devons le signaler aux propriétaires du véhicule. Ainsi, les grandes entreprises qui ont plus de pouvoir financier derrière elles peuvent dire des choses différentes, qu’elles, par exemple, se portent bien ou ne se portent pas bien sur différents marchés. Et ils peuvent se soutenir avec l’aide de cette force. Nous n’avions pas cette option.

Vous avez mentionné que nous grandissions, mais que nous devenions une époque complètement stupide. Cela est lié au fait qu’en mars de l’année dernière, tout a progressivement commencé à se fermer et en même temps, c’était un moment où nous voulions commencer la saison, ce qui était censé nous transformer en chiffres noirs. Nous avons commencé avec environ 1 500 scooters et 250 scooters. Mais tout était fermé, personne n’allait, personne n’allait nulle part. Ce fut une période difficile, qui s’étendait jusqu’à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *