Google News revient en Espagne après sept ans

L’agrégateur de nouvelles Google News reviendra sur le marché espagnol au début de l’année prochaine. Google l’a annoncé sur son blog. La société espagnole Google News a fermé ses portes fin 2014. C’était en réponse à une nouvelle loi espagnole qui obligeait les éditeurs de médias à facturer les agrégateurs pour l’utilisation de leur contenu en ligne.

Google a refusé de payer et les éditeurs n’étaient pas autorisés par la loi à négocier des accords individuels avec lui ou à ne pas exiger de redevances. L’espagnol Google News a donc 16 ans. Décembre 2014 s’est arrêté.

Google justifie son retour actuel en Espagne en disant que le Parlement espagnol a approuvé la mise en œuvre de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui donne aux éditeurs la possibilité de conclure des contrats séparés avec Google.

La directive donne aux éditeurs de médias d’information le droit d’exiger des redevances pour la jouissance de leur contenu. Les exceptions sont de simples références et des « extraits très courts », qui ne sont pas précisément définis par la directive. Il appartient donc aux différents États membres de traiter de cette définition.

Google a annoncé qu’il discutait avec les éditeurs d’un certain nombre de pays européens de ce qui relèverait des « extraits très courts » et de la façon de récompenser les éditeurs pour l’affichage de parties plus longues de leurs textes (appelé aperçu des nouvelles étendues).

Dans certains pays, dont la République tchèque, Google a déjà conclu des accords avec des éditeurs sélectionnés pour afficher leur contenu via Google News showcase. Google paie les médias pour cela (Internet info, éditeur de Lupa, est l’une des sociétés tchèques qui ont cet accord avec Google – ndlr).

La mise en œuvre tchèque de la Directive sur le droit d’auteur comprend un projet d’amendement à la Loi sur le droit d’auteur, qui a été approuvé par le gouvernement à la fin du mois d’octobre de cette année. C’est la deuxième fois qu’il est approuvé parce que la Chambre n’en a pas débattu la première fois. Il devrait maintenant être à l’ordre du jour de la nouvelle chambre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *